Pourquoi réduire ses déchets ?

Avec, en moyenne, 391 kg d’ordures ménagères et assimilées produites par an et par habitant (hors déchéteries), la sensibilisation du grand public et l’évolution des comportements demeurent plus que jamais à l’ordre du jour, au vu des enjeux cruciaux que représentent les déchets, à savoir le réchauffement climatique, le gaspillage des matières premières, les impacts des outils de traitement, les coûts induits pour les citoyens, etc.

Une gestion écologiquement rationnelle des déchets, érigeant la prévention au rang de priorité, doit donc être intégrée dans les stratégies locales et nationales visant à promouvoir à la fois, la préservation de l’environnement, le développement économique et le progrès social pour tous. Par sa nature même, une politique active de prévention des déchets participe concrètement à la construction de ce modèle viable et équitable, pour aujourd’hui et pour demain.

  • Enjeux environnementaux : réduire les déchets à la source permet de limiter l’utilisation de matières premières et participe ainsi à une meilleure gestion des ressources naturelles, dont certaines sont non renouvelables (prévention quantitative : un kilo de déchets évité équivaut, en moyenne, à 100 kg de ressources économisés).
  • Enjeux économiques : moins de déchets signifie moins de coûts de recyclage, de traitement et/ou d’élimination, c’est-à-dire un bénéfice direct pour la collectivité (et par extension, pour les contribuables), ainsi que la possibilité de réaffecter l’argent épargné à d’autres projets territoriaux en lien avec le développement durable (déduction faite des coûts de sensibilisation, d’accompagnement, d’évaluation…)
  • Enjeux sociaux : en matière de réduction des déchets, des actions partenariales menées avec l’ensemble des acteurs de la société civile (sphères publique, privée, associative, citoyenne) permettent de stimuler une forme de démocratie participative, vecteur de renforcement du lien social.

[+] Liens : 

 

Image : source